Aigues-Mortes – Gard (30) – Languedoc-Roussillon

Videos

Aigues-Mortes Plan 1 - Gard (30) - Languedoc-Roussillon

Enroulé de la cité en plan large / Durée : 9 sec. - Retrouvez tous nos plans de vidéos aériennes sur notre site : http://www.banqueaerienne.fr

Aigues-Mortes Plan 2 - Gard (30) - Languedoc-Roussillon

Avancée et montée vers la cité en plan large / Durée : 17 sec. - Retrouvez tous nos plans de vidéos aériennes sur notre site : http://www.banqueaerienne.fr

Aigues-Mortes Plan 3 - Gard (30) - Languedoc-Roussillon

Début : enroulé de la cité / Fin : panoramique sur les salins / Durée : 54 sec. - Retrouvez tous nos plans de vidéos aériennes sur notre site :...

Aigues-Mortes Plan 4 - Gard (30) - Languedoc-Roussillon

Avancée, enroulé et montée à basse altitude vers la cité / Durée : 33 sec. - Retrouvez tous nos plans de vidéos aériennes sur notre site : http://www.banqueaerienne.fr

Les tours et remparts d’Aigues Mortes

Les tours et remparts d'Aigues Mortes forment un monument ouvert au public par le Centre des monuments nationaux. La tour de Constance, fut érigée en 1242 par Saint Louis sur l’ancien emplacement de la tour Matafère, construite par Charlemagne vers 790, pour abriter la garnison du roi. Les travaux se terminèrent en 1254. Son diamètre est de 22 mètres, sa hauteur au sommet de la lanterne est de 33 mètres ou 40 mètres selon diverses sources… L’épaisseur des murs à la base est de 6 mètres. Au rez-de-chaussée, on trouve la salle des gardes avec son accès protégé par une herse. Au centre de la pièce, une ouverture circulaire permet d’accéder aux sous-sols qui servaient de garde-manger, de réserve de munitions et aussi de cachots. Ce lieu s’appelait les « culs de basse fosse ». Au premier étage, on accède à la salle des chevaliers. Elle ressemble de par sa structure à la salle des gardes. C’est dans cette salle que furent emprisonnées au xviiie siècle des protestantes dont la plus connue fut Marie Durand qui grava sur la margelle du puits le mot « résister ». Ce mot est toujours visible de nos jours. Elle fut emprisonnée à l’âge de 15 ans et libérée 38 ans plus tard, avec des prisonniers politiques (Abraham Mazel, chef camisard). Entre ces deux salles, un étroit chemin de ronde, fut construit dans l'épaisseur du mur pour surveiller la salle basse. Après la salle des chevaliers, on accède à la terrasse qui offre un large panorama sur la région, représentant ainsi un poste idéal de surveillance. Les prisonnières étaient quelquefois autorisées à venir y respirer l’air pur.